COLLECTION DU FRAC ILE DE FRANCE

 

 

 


Elévation 17
1982-1983
Sculpture : 3 éléments. Métal soudé, schiste, diamètre : 200cm
Achat à la Galerie Farideh-Cadot (Paris) en 1983

Historique mouvement :
- Rambouillet, Mairie, 15 mai 1996 au 30 mai 1998
-Parcours de sculpture en Ile-de-France : Orsay, Mairie, 30 juin au 6 septembre 2000
Bibliographie :
-Acquisitions du Frac Ile-de-France : Orangerie du Luxembourg, 1985 Paris - reproduction page 31

 

 

Parmi les artistes de sa géneration, Jean Clareboudt occupe une position singulière par les moyens d'interventions et les techniques aussi différentes que la peinture, les actions, les sculptures ou la fabrication d'objets. Entre body-art et Land-art, son projet toujours en gestation, semble traverser ces catégories et exploiter les configurations possibles d'une relation entre le corps, I'objet et son environnement. Sensible à la culture primitive et à la psychanalyse, il oriente son travail vers des dispositifs révélant l'action des forces naturelles et réalise dès 1973 à la biennale de Paris, un très grand environnement lui permettant d'articuler 4 années de travail. Faisant de l'espace son matériau principal, I'artiste met en évidence des énergies et des équilibres, divers points de résistances et de tensions qui font de ses sculptures des "plaques sensibles", de véritables interfaces à même de recevoir des changements tant liés à l'environnement (météorologique entre autre) qu'à la position du spectateur. Elévation 17 instaure un système de forces contraires et de matériaux tel le métal et la pierre cohabitant ici selon un équilibre précaire. L'œuvre énonce dans le temps même de son accomplissement imaginaire une intrusion centrale qui, émergeant d'un cadre est vectorisé par une dynamique inverse. Cette plaque de schiste, véritable coupure du disque, instaure un nouage dynamique par quoi l'ensemble du dispositif se structure. Innassignable à une géométrie stable, I'espace de Claredoudt, dont la réversion toujours possible d'une forme requalifie sans cesse le site du spectateur, est semblable à un univers topologique amorçant l'entrelacs d'un dedans et d'un dehors comme « piège à regard ».

Sébastien Prévoteau